top of page

Je suis primo-romancière !!

Après des années à rédiger et retravailler mon premier roman, après l'envoi de mon manuscrit à des éditeurs ciblés, celui-ci a trouvé preneur... La maison d'édition Les Indés est sur le point de le publier.



Mon petit cœur d'autrice a fondu quand j'ai reçu ce message... pour plusieurs raisons :


  • Laurent Bettoni, je l’apprécie en tant qu’auteur, je connais ses talents de correcteur ("Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand, ça vous dit quelque chose ?)… alors évidemment, retenir son attention était une nouvelle fabuleuse pour moi, l'opportunité d'avoir son regard sur mon texte que j'ai imaginé, peaufiné, ciselé en suant sang et eau (c’était l’instant dramatique) pendant… 6 ans.


  • L’impression à la demande. Quel auteur n’a jamais rêvé d’avoir son roman mis en avant dans une librairie... Évidemment, l’impression à la demande ne le permet pas ou peu. Mais l’écolo dans l’âme que je suis est heureuse d’éviter le gâchis (140 000 livres sont détruits chaque année, faute d’avoir trouvé un acheteur !!!). De quoi rendre joyeux quelques arbres aussi. Et bien-sûr, les romans sont disponibles en version numérique.


  • Des conditions favorables aux auteurs ! Avoir le droit de récupérer ses droits quand on le souhaite (au lieu de vendre ses droits jusqu’à 70 ans après sa mort… ), c’est déjà un grand pas en avant. En outre, la rémunération proposée est équitable et, même si je ne compte pas sur mes textes pour gagner ma vie, c’est plutôt agréable. La primo-romancière que je suis, dans beaucoup de maisons, ne pourrait espérer qu’un pourcentage de 8% des ventes papier…

Comments


  • Facebook Classic
bottom of page